CHOIX D’UN NOUVEAU PORTE-PAROLE : UNE FAKE NEWS SELON SERIGNE MANSOUR SY DIAMIL

Politique

Depuis hier, à peine le défunt porte-parole du Khalife général des Tidianes, Pape Malick Sy, inhumé près de son frère Al Maktoum, des rumeurs se sont propagées à propos de son remplacement par Serigne Mansour Sy Diamil. Ce vendredi, la rumeur a davantage pris de l’épaisseur et a été relayé par certains sites web. Il n’en est rien. Du moins, pour le moment.

Pour cause, le Khalife, Serigne Babacar Sy Mansour, affecté par la perte encore très récente de son porte-parole, ne s’est pas encore prononcé sur la question pour laquelle rien ne justifie une quelconque précipitation. Mieux, le supposé nouveau porte-parole a lui-même démenti la rumeur, la traitant de Fake news, après avoir été joint au téléphone par Emedia. Le guide religieux et homme politique a ainsi clairement démenti l’annonce.

« Je suis le principal concerné, je ne suis pas au courant de ça. J’ai d’autres préoccupations actuellement que des positionnements. Ce qui m’intéresse actuellement, c’est de faire des prières pour que mon père qui vient de disparaître soit accueilli au Paradis et j’ai beaucoup d’espoir pour ça. C’est ça qui me préoccupe. On l’a enterré hier et aujourd’hui, j’ai d’autres préoccupations. Ce n’est pas vrai, ça n’a aucun fondement. Ce qui m’étonne, c’est que la base fondamentale du journalisme, c’est la vérification et là, je vois de très grandes télévisions qui, sans vérifier à la source, se permettent d’aller à fond dans ce genre de Fake news. Je ne suis mêlé ni de près ni de loin à cette histoire. Mon objectif, c’est de prier pour le repos de l’âme de mon père. »

Également interrogé sur le processus du choix du porte-parole du Khalife général des Tidianes, Serigne Mansour Sy a assuré qu’il n’en savait rien, avant de déclarer que cela entrait dans le cadre du pouvoir discrétionnaire du khalife. « Je n’en sais rien, vraiment. C’est le pouvoir discrétionnaire du Khalife, c’est lui qui choisit et moi, jusqu’à présent, je n’ai aucune nouvelle par rapport à cela. »

Par rapport à une éventuelle compatibilité entre cette fonction de porte-parole et la carrière politique qu’il mène, le leader du mouvement « Bes du ñakk » a préféré dégager en touche : « Je n’essaie pas de savoir. Je ne suis pas dans ça. Le jour où la question se posera, je pourrais répondre. Mais pour l’instant, je me réserve le droit d’en parler, en temps opportun. Ce n’est pas le cas actuellement… », a-t-il fini par lancer, au bout du fil.