Kédougou-Frontières : Le Gouverneur Exige Encore Plus De Vigilance De Ses Hommes

A la Une Société

M Saër Ndao, le gouverneur de la région de Kédougou a effectué ce vendredi 10 avril 2020 une tournée dans la sous-préfecture de Fongolimbi pour s’enquérir de la situation sur le dispositif de surveillance des frontières avec la Guinée Conakry

C’est en compagnie d’une forte délégation de la presse régionale, d’éléments des forces de défense et de sécurité (Armée, Police, Gendarmerie, Douane), de Modou Mamoune Diop Adjoint au gouverneur chargé des affaires administratives et de Thierno Souleymane Sow, préfet du département de Kédougou que M Saër Ndao, le gouverneur de la région de Kédougou a effectué cette tournée.

A la sous-préfecture de Fongolimbi, la délégation a été accueillie par le sous-préfet Mamadou Diouf. Elle s’est soumise volontairement au rituel de lavage des mains avant d’accéder dans les locaux de la sous-préfecture. La délégation a eu droit à la visite guidée dans le poste de police des frontières de Fongolimbi. Plus loin, la délégation a constaté les efforts déployés par l’état du Sénégal pour assurer la sécurité des populations en réalisant à Fongolimbi des infrastructures de dernière génération pour les hommes en bleu. Ce poste de gendarmerie va passer en brigade territoriale avec une augmentation des effectifs et en moyens matériels. A la fin des travaux d’électrification et d’adduction d’eau, l’inauguration sera faite par le haut commandant de la gendarmerie nationale.

A Niagalan Comé, les éléments de la police des frontières ont dévoilé à la délégation les points de passage clandestins régulièrement empruntés par nos voisins de la guinée Conakry. Ce qui rend quasi-difficile la tâche des forces de défense et de sécurité.

« La porosité de nos frontières est un secret de polichinelle. Il faut le reconnaitre, Nous partageons avec la guinée Conakry plus de 100 km de frontières, on ne peut pas mettre sur chaque mètre carré un homme » a confié l’adjudant Dame Ndiaye, chef de service de la police de l’air et des frontières.

Il sera vite réconforté dans cette position par M Saër Ndao, gouverneur de Kédougou sur ces termes : « Les limites frontalières n’existent que sur du papier. C’est sur du papier simplement que vous pouvez dire voilà les limites du Sénégal. Mais, quand vous allez sur le terrain, vous verrez qu’il y a une interpénétration des populations qui partagent des coutumes et des vécus, qui partagent des us. Et dans ce sens, nous devons être très subtiles dans la manière d’appréhender la chose. C’est à dire impliquer l’ensemble des populations d’abord faire de sorte que par une discussion participative que l’ensemble des populations sachent qu’elles sont concernées. Les points de passage normalisés ne sont plus utilisés. Il faut par une stratégie de redéploiement qu’on essaie de voir les portes d’entrée non normalisées mettre en œuvre des stratégies avancées permettant de rattraper les gens qui passent de jour comme de nuit »

Dans ce contexte de riposte contre le coronavirus, les forces de défense et de sécurité veillent sur nos frontières et mettent en exécution la loi de la tolérance zéro. Elles parviennent à déjouer tous les plans des individus malintentionnés. Ainsi dans le village de Kounsi, l’armée positionnée sur certains passages non normalisés de la frontière a procédé à l’interpellation de 5 guinéens tentant de regagner nuitamment leur pays à bord de vélos ou de motos.

« Nous avons été saisi par un contact qui nous disait qu’il y avait un point de passage à Kounsi. J’ai demandé à mes éléments de se redéployer à Fongolimbi. Ils sont venus passer la nuit ici à Kounsi. Ils sont parvenus à intercepter ces 5 personnes. Nous allons les mettre à la disposition de la Police de l’Air et des Frontières (PAF) qui mènera les investigations à bout pour voir si ce sont des gens à raccompagner vers la frontière ou à admettre » a précisé le capitaine Babacar Ndiaye, le commandant du 34ème bataillon de Kédougou.

Sur le terrain, les forces de défense et de sécurité déploient également des stratégies basées sur la synergie d’actions et sur la complémentarité afin d’assurer une meilleure sécurisation du territoire nationale. Elles bénéficient de la complicité des communautés et du soutien des autorités pour mener à bien leurs missions. Un véritable motif de satisfécit pour le gouverneur de région de Kédougou qui n’a pas manqué de féliciter les forces de défense et de sécurité pour les actions mises en œuvre pour barrer la route au COVID-19*

Nous sommes satisfaits de ce que l’on a vu sur le terrain mais il y a lieu de renforcer davantage puisque tout dispositif amélioré est meilleur. Ce que nous avons vu nous rassure davantage puisque l’ensemble des forces de défense et de sécurité ont mis en synergie leurs moyens et leurs actions dans une dynamique concertée pour prendre en charge la préoccupation frontalière. Nous défendons la même cause, c’est l’intérêt national, c’est la souveraineté nationale. Donc, nous devons unir nos efforts pour aller vers une seule direction. Dans le cadre de la lutte contre le COVID-19 à Kédougou il nous fallait d’abord rassurer les agents. Il faudrait d’abord leur rendre un hommage mérité. Quand vous franchissez ces zones difficiles d’accès, quand vous voyez les conditions difficiles dans lesquelles les forces de défense et de sécurité travaillent, nous ne pouvons que de les féliciter. Elles abattent un travail considérable. Il était normal que nous, en tant qu’autorités administratives (gouverneur, préfet et sous-préfet qu’on vienne voir ce qui se passe »

Avec l’assistance des autorités, les forces de défense et de sécurité à juguler les nombreuses difficultés qui se dressent sur leur chemin.

« Les problèmes sont partout les mêmes. Il y a un manque de moyens mais le travail ne souffre pas pour autant. Nous nous débrouillons avec les moyens du bord. Nous disposons de thermo flash, de gants, de flacons de solutions hydro alcooliques, de masques et de dispositifs de lavage des mains. C’est le peu que nous avons mais c’est l’essentiel. Les autorités nous appuient et nous parvenons à faire quelque chose sur le terrain » a précisé l’adjudant Dame Ndiaye, chef de service de la police de l’air et des frontières.

Le gouverneur de Kédougou a promis de poursuivre ces genres de tournées le long de toutes les frontières de la région de Kédougou afin de dégager des pistes d’amélioration des actions mises en œuvre. Les forces de défense et de sécurité sont de plus en plus ragaillardies par cette visite du chef de l’exécutif régional. Elles sont plus que jamais déterminées à mettre hors d’état de nuire tous ceux qui tenteront de braver les interdits en cette période de pandémie du coronavirus.

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.sn à Kédougou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.