LA PANDÉMIE S’ACCÉLÈRE, LE ROYAUME UNI RECONFINE

International

Alors que l’OMS alerte sur l’épidémie toujours en cours, le Royaume-Uni a été contraint d’appliquer de nouvelles mesures de confinement à Leicester.

La pandémie de Covid-19, qui vient de franchir deux seuils symboliques, plus d’un demi-million de morts et dix millions de cas, « est loin d’être finie » et « s’accélère » même, a averti lundi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), appelant le monde à se mobiliser dès à présent sans attendre un vaccin. « Nous voulons tous que tout cela se termine. Nous voulons tous reprendre nos vies. Mais la dure réalité est que c’est loin d’être fini », a mis en garde le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d’une conférence de presse virtuelle. La pandémie « s’accélère » actuellement, a-t-il redit alors que le virus continue de faire des ravages aux Etats-Unis et semble redémarrer en Chine, ajoutant même que face à un « monde divisé » et à « un manque d’unité nationale et de solidarité mondiale (…) le pire est à venir ».

L’OMS va envoyer « la semaine prochaine » une équipe en Chine en vue de déterminer l’origine du nouveau coronavirus. « Nous espérons que cela nous permettra de comprendre comment le virus a commencé et ce que nous pouvons faire à l’avenir pour nous préparer », a expliqué Tedros Adhanom Ghebreyesus. Il a appelé gouvernements et citoyens à mettre en place des « solutions simples » afin de « sauver des vies maintenant » : « tester, tracer, isoler, et mettre en quarantaine les cas ».

Reconfinement à Leicester

Le gouvernement britannique a annoncé lundi qu’il allait durcir le confinement à Leicester en raison d’une flambée de cas de nouveau coronavirus dans cette ville du centre de l’Angleterre, la première à se voir imposer des restrictions locales.

Les commerces « non essentiels », qui avaient rouvert mi-juin en Angleterre, devront à nouveau fermer à partir de mardi et les écoles dès jeudi, a déclaré le ministre de la Santé, Matt Hancock, à la chambre des Communes. Il a précisé que ces mesures seraient réévaluées dans deux semaines.

Plus de dix millions de cas dans le monde

Selon un comptage effectué par l’Agence France-Presse à partir de sources officielles, mais que les experts pensent largement sous-estimé, 501 847 décès et 10 161 240 cas étaient officiellement recensés lundi à 11 heures. Le nombre des décès recensés dans le monde a doublé en un peu moins de deux mois (250.000 le 5 mai) et 50.000 décès supplémentaires ont été enregistrés ces 10 derniers jours. L’Europe est le continent qui compte le plus de décès (196 273 pour 2 652 674 cas), suivie par la zone Etats-Unis/Canada (134 371, 2 652 279), l’Amérique latine et les Caraïbes (112 162, 2 486 089), l’Asie (33 594, 1 243 058), le Moyen-Orient (15 668, 733 753), l’Afrique (9 646, 384 144) et l’Océanie (133, 9 244).

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché, tant en nombre de décès (125 803) que de cas (2 549 069). Bien que le nombre de décès quotidiens ait légèrement diminué en juin par rapport au mois précédent, la contagion progresse dans 30 des 50 Etats, notamment dans les plus grands et les plus peuplés du sud et de l’ouest du pays : la Californie, le Texas et la Floride. Certains ont dû faire une pause dans le processus de déconfinement. Ainsi, le gouverneur de Californie a ordonné dimanche la fermeture des bars de Los Angeles et de six autres comtés de cet Etat du sud-ouest américain qui connaît un rebond de la pandémie. Cette mesure concerne potentiellement un total de 13,5 millions d’habitants. De plus en plus de voix, notamment parmi les Républicains, s’élèvent pour que Donald Trump, qui n’est jamais apparu masqué en public lui-même, en porte un afin de donner l’exemple