Problème de trésorerie à la mairie de Guédiawaye : La Cojer dément et accuse les «traitres»

A la Une Politique

L’affaire portant sur un problème de trésorerie et de la location de certains édifices et équipements de la mairie de Guédiawaye, continue de soulever des polémiques.

Dans une note, la Cojer  de Golf-Sud a démenti cette information, non sans indiquer que la réunion du Conseil de ville de Guédiawaye de ce mercredi 30 septembre 2020, est une session ordinaire prévue par l’article 87 de la loi n°2013-10 du 28 décembre 2013 portant le conseil municipal délibéré sur les budgets et comptes administratifs qui sont annuellement présentés par le maire. Et non une réunion à huis clos pour chercher des solutions pour face aux difficultés financières de la mairie.

La Cojer a également rappelé que suite à la construction d’un nouvel hôtel de ville et à l’heure où les recettes des collectivités territoriales connaissent une croissance ralentie, en raison des mesures draconiennes consécutives à la pandémie de la Covid-19 et ayant entraîné une baisse drastique des recettes, les autorités de la mairie ont jugé important de réfléchir à la possibilité d’optimiser les recettes, afin de faire face aux charges de fonctionnement.

Et c’est dans ce cadre que la question de la mise en location de l’ancien édifice, qui servait de bureaux à la mairie, sera examinée demain en conseil de ville. Et cela est autorisé par la loi n°2013-10 du 28 décembre 2013 portant CGCT à son article185.

Ainsi, ces jeunes de la majorité présidentielle estiment que «c’est le comble de l’indécence à l’endroit des conseillers, que de penser qu’ils peuvent se réunir pour donner un coup de poignard aux populations de Guédiawaye. Ceux qui entretiennent ces rumeurs sont des traîtres de la pire espèce.  ». 

Toujours selon eux, «les populations de Guédiawaye, reconnaissantes, ne ratent jamais une occasion pour lui manifester leur fierté».

Pour finir, ils demandent à ceux qui sont convoqués le 15 octobre prochain devant les tribunaux pour «diffamation», de bien organiser leur défense et surtout de se présenter le jour J avec des preuves.